VARAVILLE-LE-HOME

DENSITÉ DES USAGES ET LIEN SOCIAL

Comment se saisir des délaissés du tissu pavillonnaire pour inventer y densifier et y mixer les usages ? Projet lauréat du concours "Grande maison, Petit Terrain"

Thématiques abordées :

JARDIN PARTAGÉ - LIEN SOCIAL - ALIMENTATION LOCALE - MOBILITÉ

Missions :

Publications associées : 

> Dossier de rendu

> Edition du CAUE

Le concours d’idée lancé par le CAUE14 invitait les candidats à répondre à l’enjeu de la pression foncière. 

«Le but de cet appel à idées est de penser l’habitat dans une densification urbaine croissante. Comment construire un logement spacieux et généreux sur des parcelles de plus en plus exiguës ?»

Pour chacun des 3 sites supports du concours, le CAUE précise le scénario de vie du couple qui projette de s’installer. 

​À cela nous ajoutons une question : Comment l'espace privé peut contribuer à enrichir la vie locale et le bien commun ? 

Image-empty-state_edited.jpg

À Varaville-Le-Hôme, commune littorale fortement soumise à la pression foncière, le couple qui projette de s’installer trouve une opportunité de construction en cœur d’îlot suite à un redécoupage parcellaire. 

Ils souhaitent y construire un petit logement, un gîte, un atelier d’artiste et y développer un potager. Le terrain est exigu, arboré, et peu propice à la culture. Alors pourquoi pas imaginer un autre scénario :
Petit terrain, Espace commun ! 

Dans cet îlot, un certain nombre de logements sont des logements secondaires. Les parcelles et les jardins sont peu exploités. En identifiant les fonds de parcelles qui peuvent être mutualisés, c’est l’opportunité de créer un cœur d’îlot investi par les habitants et accueillant de nouveaux usages. Le potager du couple peut alors devenir un jardin partagé où l’on peut associer un poulailler, des vergers, des espaces de détente, des jeux... mis en commun avec l’ensemble des habitants de l’îlot. 

L’objectif est multiple :
- Optimiser les espaces enherbés qui entourent les logements ;
- Densifier et enrichir la mixité d’usages ;
- Créer un espace attractif, commun, créateur de liens entre les habitants ;
- Créer des mobilités douces transversales. 

Chacun reste propriétaire de son terrain, seule une partie, peu exploitée, est mise à la disposition des communs selon les qualités de l’espace : pour un coin de potager, une circulation, un abri de jardin.
Cette approche visant à enrichir le cadre de vie commun implique de penser les interfaces et l’organisation avec les habitants et de recomposer les espaces d’intimité individuels.